Sélectionner une page

Qualité de l’air

Les nouveaux Plans Climat prennent désormais en compte la qualité de l’air. Cet enjeu de santé publique concerne aussi bien l’air intérieur que l’air extérieur.

La qualité de l’air extérieur

Selon l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), la pollution de l’air est le principal risque environnemental pour la santé.

Pour en savoir plus sur la qualité de l’air sur le territoire, rendez-vous sur le site d’Air Pays de la Loire.

La qualité de l’air intérieur

La qualité de l’air intérieur entre également en compte. Nous passons plus de 80 % de notre temps dans des lieux clos, et l’air respiré n’est pas toujours de bonne qualité. La pollution y est différente que celle trouvée dans l’air extérieur mais elle est tout de même présente.

Les sources de pollution dans les bâtiments sont nombreuses :

  • Appareils à combustion ;
  • Matériaux de construction ;
  • Produits de décoration (peinture, colles, vernis…) ;
  • Meubles ;
  • Activités humaines (tabagisme, produits d’entretien, bricolage, cuisine…) ; 

Focus sur le radon

Le radon est un gaz naturel radioactif incolore et inodore provenant des éléments naturellement radioactifs présents dans toutes les roches du sol et spécialement dans les roches granitiques. Deuxième cause de cancer du poumon après le tabac, le radon constitue un enjeu de santé si il est inhalé quotidiennement à certaines doses.

  • Pour les particuliers

Dans le cadre du Contrat Local de Santé (CLS) et du Plan Climat Air-Énergie Territorial (PCAET) de Mauges Communauté, la collectivité propose, en partenariat avec l’Agence Régionale de Santé (ARS), le CPIE Loire Anjou et Alisée, des campagnes de mesure du potentiel radon des logements.

En savoir plus sur le radon et la campagne de mesure, rendez-vous ici.

  • Pour les professionnels

Vos locaux de travail sont situés en sous-sol ou au rez-de-chaussée de bâtiment, dans les souterrains et les cavités naturelles ou artificielles ? En tant qu’employeur vous devez vérifier si la concentration en radon peut atteindre ou dépasser le niveau de référence fixé à 300 Bq/m3. L’évaluation du risque radon doit être intégrée au document unique d’évaluation des risques.

Pour en savoir plus, rendez-vous ici.